Saturnisme : vers une éradication en France ?

Lutter de façon efficace contre le saturnisme, c’est le défi que la France se propose de relever afin de limiter au maximum la propagation de ce fléau au sein de sa population. Il faut noter que ce phénomène qui devient de plus en plus récurrent avec de nouveaux cas enregistrés chaque année constitue un véritable problème de santé publique.

Ainsi, loin d’avoir abandonné la lutte, la France a donc profité de la semaine mondiale pour la prévention contre l’intoxication au plomb (qui est la principale cause du problème), pour passer en revue les différentes mesures qui ont été prises pour l’éradication définitive de cette calamité.

Peinture-plomb-1024par768

Le saturnisme, qu’est-ce que c’est ?

Le saturnisme est une affection provoquée par une intoxication au plomb. En fonction du degré de contamination, cette maladie peut se manifester de façon aiguë ou chronique. La maladie s’attaque de façon générale au système nerveux, au sein duquel il peut causer des dégâts irrémédiables. Les plus exposés à ce problème ce sont les enfants, surtout au stade embryonnaire, ce qui peut entrainer un certain nombre de troubles pouvant se solder par des retards de croissance ou des retards psychomoteurs.

De plus, une fois dans l’organisme, le plomb se concentre dans les os, et peut y rester pendant une vingtaine d’années, ce qui fait qu’il devient presque impossible de l’éliminer complètement après la phase d’intoxication. C’est donc le facteur idéal pour une transmission en chaine de la maladie, par exemple de la mère à l’enfant.

Quelles sont les actions menées par le gouvernement français pour l’éradication du saturnisme

Pour lutter efficacement contre la progression de cette maladie, le gouvernement français avec l’appui de l’Agence Régionale de la Santé (ARS), de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) et du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a mis en place un certain nombre de mesures, en vigueur depuis les années 90, et qui ciblent particulièrement les enfants chez qui le risque de contamination est le plus élevé.

Le seuil critique du taux de plombémie dans le sang qui autrefois était estimé à 100 microgrammes par litre a été revu à la baisse, à hauteur de 50 microgrammes par litre, ce qui permet une prise en charge du saturnisme à son stade le plus précoce, surtout chez les plus petits. À cela s’ajoutent des mesures restrictives contre l’utilisation des méthodes de carburation à base de plomb, et aussi des peintures à plomb dans le domaine du bâtiment.

Que retenir ?

Puisque le saturnisme n’apparaît généralement que très tard, les dégâts engendrés sont très souvent quasi irréversibles à ce moment-là. C’est pourquoi il urge de mettre à la disposition de tous les organismes de santé, les moyens nécessaires, de manière à ce que les cas de contaminations au plomb soient détectés le plus tôt possible, afin que les procédures de prise en charge soient enclenchées le plus rapidement. Il revient donc à la France de tenir ses engagements pris au cours de la semaine mondiale d’action pour la prévention de l’intoxication au plomb, en vue de l’éradication pure et simple du saturnisme.