Faire diagnostiquer sa maison

La plombémie est le seul examen permettant d’affirmer l’existence d’une imprégnation de l’enfant par le plomb. Celle-ci doit être prescrite à bon escient, seulement si l’enfant présente des facteurs de risque suffisants. En sus, elle est encadrée par un dispositif de notification qui doit être respecté par le médecin prescripteur.


La prescription de la plombémie

  • est rédigée sur une ordonnance banale, qui servira au remboursement (prise en charge à 100%) ;
  • est nécessairement accompagnée par une fiche de notification :

Le système national de surveillance du saturnisme infantile impose que toute prescription soit accompagnée d’une fiche de notification normalisée. Cette fiche comporte notamment des données d’identification du prescripteur et des renseignements sur les facteurs de risque qui ont conduit à la prescription.

Le médecin prescripteur :

  • renseigne la fiche en s’aidant du guide de remplissage de la fiche de déclaration
  • la remet à la famille en complément de l’ordonnance, à l’attention du laboratoire d’analyses qui va effectuer le prélèvement.

diagnostic-plomb

Le(s) laboratoire(s)

  • Dosage dans un laboratoire agréé

L’analyse doit être effectuée dans un laboratoire participant régulièrement à des programmes de contrôle de qualité. Ces laboratoires agréés sont peu nombreux. Tous les laboratoires d’analyses médicales les connaissent : il y a donc le plus souvent l’intervention complémentaire d’un laboratoire préleveur et d’un laboratoire doseur.

  • Conditions de prélèvement

La concentration sanguine de plomb est très faible, même en cas d’intoxication. La contamination de l’échantillon lors du prélèvement est une cause d’erreur (matériel, peau, air ambiant contenant du plomb). Le recueil de l’échantillon de sang doit être effectué dans un milieu non contaminé et avec un matériel (aiguille et tube) sans plomb.

Après désinfection correcte de la peau, prélever 1 à 2 ml de sang veineux dans un tube contenant un anticoagulant. Bien mélanger le sang et l’anticoagulant. Le prélèvement peut-être conservé plusieurs jours s’il est maintenu au frais avant analyse.

  • Devenir de la fiche de notification

Si le laboratoire préleveur n’est pas le même que le laboratoire doseur, le premier doit faire suivre la fiche au second : la fiche suit l’échantillon de sang.

Le laboratoire doseur complète la fiche de notification puis :

  • la retourne au médecin prescripteur,
  • en adresse une copie au médecin du Centre antipoison.

La prescription de la plombémie doit être accompagnée par :

  • une information générale de la famille sur le saturnisme infantile chronique,
  • un affinement des facteurs de risque (comportementaux, environnementaux, nutritionnels),
  • une éducation, des conseils de prévention primaire et de réduction des risques, qui seront utiles en tout état de cause, quel que soit le résultat biologique ;
  • un début d’information sur le suivi éventuel, en fonction du résultat.

Intérêt de l’hémogramme

L’hémogramme n’est pas indispensable mais il est très utile car, en cas d’intoxication par plomb, une anémie est souvent associée,

– qu’elle soit spécifique, secondaire à l’intoxication,

– et/ou carentielle, par déficit martial.

Il est conseillé de prescrire un hémogramme en même temps que la plombémie de façon à ce que l’enfant ne subisse qu’un seul prélèvement.