Eduquer la famille

familleL’éducation de la famille constitue une action essentielle devant toute découverte d’une imprégnation (PbS > 50 microg/L) ou d’une intoxication (PbS > 100 microg/L) par le plomb chez un enfant.

Elle doit être :

  • appropriée : reposant sur une connaissance des conditions de vie et des comportements issue d’un entretien confiant avec la famille et si possible d’une visite à domicile.
  • précoce : des mesures très simples peuvent permettre de limiter voire d’interrompre l’absorption de plomb, en attendant que des mesures plus radicales soient prises pour assainir le lieu de vie.
  • adaptée : les difficultés de compréhension, les spécificités culturelles, les contraintes économiques sont à prendre en compte.
  • répétée : il est difficile pour tout le monde de changer ses habitudes ; lors des consultations de suivi, une évaluation des connaissances et des mesures prises pour diminuer l’exposition aux facteurs de risque est indispensable. Il est en général nécessaire de revenir à plusieurs reprises sur ces mesures avec les familles.

Conseils d’hygiène domestique

  • empêcher l’accès aux zones de peintures écaillées :

des mesures élémentaires et immédiates peuvent limiter l’accessibilité au plomb : en déplaçant un meuble pour masquer un pan de mur décrouté ou un radiateur suspect, en interdisant à l’enfant l’accès à certains locaux, par exemple.

  • utiliser une serpillière humide pour nettoyer les carrelages et les sols, et pas de balai ni d’aspirateur qui mobilisent les poussières.
  • laver fréquemment les jouets des enfants ;
  • laver les mains des enfants avant chaque repas, chaque goûter et leur couper les ongles ;
  • en cas de doute sur une origine hydrique, conseiller de ne pas utiliser pour la boisson ou le biberon l’eau de début du puisage, notamment le matin (stagnation de l’eau au contact des canalisations intérieures).
  • en cas de polluton industrielle des sols, déconseiller la consommation des fruits et légumes des jardins cultivés par la famille, le cas échéant ;
  • interdire l’usage pour l’alimentation de poteries ou de vaisselle en céramique ou en étain non expressément prévues pour un usage alimentaire ;
  • rechercher et écarter d’autres sources, le cas échéant :
  1. cosmétiques : khôl, surma,
  2. médicaments traditionnels exotiques de provenance africaine, moyen-orientale ou asiatique,
  3. objets de loisirs : figurines en plomb, poterie, plombs de chasse.

Conseils diététiques

  • donner les repas à des heures régulières car le jeûne favorise l’absorption digestive du plomb ;
  • donner une alimentation équilibrée, à même d’éviter une carence en fer ou en calcium qui favorisent l’une et l’autre l’absorption digestive du plomb.